Clara Morgane dévoile une poitrine ultra-bombée dans un top au décolleté ravageur (wow !)

Clara Morgane est bien connue pour son côté femme fatale. La belle de 39 ans est sublime et sait mettre en valeur ses atouts. Sur Instagram, Clara Morgane n’en est pas à sa première photo sexy. En effet, elle aime son corps de rêve et n’hésite pas à le montrer. Elle a par exemple posté une photo où elle apparaissait en nuisette en dentelle ajourée, une autre ou elle était en lingerie fine au ski, elle a aussi osé le bustier à paillettes... Tout lui va ! Elle n’hésite pas non plus à faire des photos artistiques où elle est nue ou topless. Pour la Saint-Valentin par exemple, elle avait publié une photo nue, allongée sur un lit, avec pour seul vêtement un bouquet de roses rouges. Ses fans étaient ravis ! Samedi dernier, la belle Clara Morgane faisait son grand retour en tant que chroniqueuse dans l’émission de divertissement de Cyril Hanouna : La grande Darka sur C8. Pour l'occasion, elle a revêtu un joli top en satin rouge à manches bouffantes. Ainsi, la star adopte deux grandes tendances mode printemps-été 2020 : le satin et les manches ballons, que l’on voit partout en ce moment. Un haut très décolleté qui met en valeur sa poitrine bombée. Elle est sublime ! Vous aimez le satin ? Osez la robe satinée, très glamour. Si vous êtes plutôt fan des manches ballons, alors misez sur un haut comme Clara Morgane ou même une robe : ce type de manches donne de l’allure et rend la tenue très chic. En plus de ce joli look, Clara Morgane a misé sur un assortiment de colliers dorés pour habiller son décolleté : c’est tendance !

Clara Morgane ultra-sexy : ses fans sont sous le charme

En plus d’être heureux du retour de Clara Morgane dans l’émission La grande Darka, les fans de la jeune femme sont séduits par sa tenue : “Tu es vraiment magnifique, “Magnifique ! ce soir je serai devant la grande darka pour toi”, “Au plaisir de te voir ce soir à la télé”, “Merveilleuse”... Ils adorent !

>>> Voir la photo de Clara sexy dans un top au décolleté ravageur

(...) Cliquez ici pour voir la suite