Claude Chirac: comment son père, Jacques, rendait ses amours impossibles

On la savait aussi secrète que discrète. Mais au fond on ignore tout de Claude Chirac. Les journalistes Vanessa Schneider et Solenn de Royer lèvent le voile sur la fille de Jacques Chirac dans un article passionnant du journal Le Monde, intitulé "Une vie derrière le père".

La fidélité: ainsi pourrait-on résumer la vie de la fille de l’ancien Président de la République, décédé le 26 septembre 2019. "A 57 ans, et trois mois après la mort de son père, auquel elle a consacré sa vie, la fille de Jacques Chirac reste fidèle au poste", écrivent Vanessa Schneider et Solenn de Royer.

Ce Président de père, qu’elle a épaulé, soutenu, écouté et conseillé a joué, et joue sans doute encore une grande place dans la vie de Claude Chirac. A sa mort, quand "l’ancien conseiller diplomatique, Jean-David Levitte, qui sait le dévouement de la fille pour son père, lui glisse : "Vous allez pouvoir vivre maintenant. " Elle secoue la tête : « Non, pas encore… » II lui faut honorer la mémoire de son père, "lire les registres de condoléances et les milliers de lettres qui continuent d’affluer. "Ça me rendrait malade de ne pas répondre, ne pas être à la hauteur ", dit celle qui a toujours entendu son père déclamer que " toute lettre mérite réponse".

Claude Chirac s’est dévouée corps et âme à son père. Dépensant, pour lui, sans compter son temps et son énergie. "Elle est d’un dévouement exceptionnel ", répètent tous ceux qui l’aiment, de Line Renaud à Muriel Robin, en passant par Michèle Laroque et son compagnon, François Baroin ". Au point que l’on en vient à se demander si ce grand homme n’a pas dévoré sa vie privée. Il rendait sans doute ses amours impossibles, les compliquait en tout cas.

Thierry Rey, le père de son fils Martin, qui a partagé la vie de Claude Chirac pendant trois ans et dont elle reste très proche s'est imaginé que leur amour serait plus fort que tout. Qu’il pourrait l’avoir tout à lui. "J’ai été naïf, j’ai cru que j’allais l’éloigner de tout ça et l’emmener sur mon cheval blanc,

(...) Cliquez ici pour voir la suite