Clean challenge: le défi écolo des quartiers

Elle a transformé sa colère en action. Fin juillet, Hind Ayadi, 39 ans, fondatrice de l'association « Espoir et Création » qui favorise les pratiques artistiques, s'agace de trouver régulièrement, devant son local de Garges (95), des canettes, des paquets de chips, des mégots jonchés sur le sol. Dépitée par ce manque de civisme, elle réfléchit alors à un moyen de sensibiliser les jeunes à la propreté sans en faire une contrainte. "Ils ont l’habitude de défier les autres quartiers sur les réseaux sociaux, ce qui provoque régulièrement des rixes, raconte-t-elle. Je leur ai donc proposé de nettoyer notre quartier puis de désigner une autre ville pour qu'elle relève ce même défi". Les jeunes Gargeois du quartier de la Muette, équipés de gants, de sacs poubelles et de balais, se sont retrouvés, quelques jours plus tard, pour donner un coup de propre en bas de chez eux. Une fois les détritus ramassés, ils ont posté, sur les réseaux sociaux, des photos et vidéos de leur action et surtout défié la ville de Colombes (92) afin que les jeunes en fassent autant dans leur quartier.

Leurs messages, accompagnés des hashtags #CleanChallenge et #Macitévabriller, sont pris au mot. Colombes leur emboîte le pas puis défie à son tour une autre ville, qui en défie une autre... Le challenge est lancé. Sur la toile, le phénomène devient viral. "Au total, plus d’une centaine de villes ont déjà participé à ce challenge dont Roubaix, Marseille, Perpignan, Argenteuil, Saint-Denis, Paris, Cergy-Pontoise mais aussi d’autres communes de par le monde, au Maroc, en Algérie et en Egypte, explique fièrement Hind Ayadi. Notre défi citoyen, né dans une petite commune de banlieue, a été relayé dans les médias du monde entier, en Chine, en Angleterre, en Allemagne, au Brésil et au Pérou !"

Lors des Clean Challenge, les jeunes ne sont pas les seuls mobilisés : grâce au bouche à oreille ou en voyant simplement les participants s’activer sous leurs fenêtres, le mouvement a pris de l'ampleur. Les enfants, les parents,

(...) Cliquez ici pour voir la suite