Les coûteuses erreurs de calcul des indemnités d’arrêts maladie

Encore des erreurs qui pénalisent les assurés - ou creusent le trou de la Sécu. Dans un rapport de la Cour des comptes, rendu public mardi 16 mai, les Sages pointent de nombreuses anomalies dans le calcul des indemnités journalières des arrêts maladie. Et, ce malgré une légère amélioration en un an : d’après les chiffres de la Caisse nationale de l’Assurance maladie (Cnam), en 2022, “12,9% des indemnités journalières (IJ) nouvellement liquidées et mises en paiement ont été affectées par une erreur de portée financière”. Un taux en très légère baisse par rapport à 2021, année durant laquelle la Sécu a enregistré 13,7% d’IJ dont le calcul était erroné.

Ces chiffres traduisent, selon la Cour des comptes, “une maîtrise insuffisante de la réglementation par les agents” qui officient dans les caisses primaires d’Assurance maladie (CPAM). “La part très significative (près des deux tiers) des certificats médicaux en format papier, lesquels ne sont pas enregistrés dans une base de données spécifique à la suite de leur réception par les caisses, limite les possibilités de contrôle par le service médical”, détaillent les Sages. Ces derniers relèvent également des couacs concernant les dates d’arrêt de travail, reportées sur les avis depuis la diffusion d’un nouveau formulaire à partir de mai 2022. Ils “font l’objet d’une saisie manuelle quel que soit leur format (papier ou dématérialisé), dans l’attente d’une mise à jour de l’outil informatique, ce qui expose à des risques d’erreur”.

Dans (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pourquoi il est impossible de faire tomber le taux de chômage à zéro
Plan de Pôle emploi pour recruter sur les métiers en tension : ce nouveau secteur bientôt concerné
Salaire : bonne nouvelle, les recruteurs l’affichent de plus en plus dans leurs offres
Pourquoi vous allez devoir vous habituer à vous laver les mains à l'eau froide au bureau
Réforme du RSA et de Pôle emploi : les contours des sanctions prévues avec France Travail