Coach, naturopathe, cuisinière… elles nous aident à manger mieux

·1 min de lecture

Manger cinq fruits et légumes par jour, éviter de consommer trop gras, trop sucré, trop salé… Depuis le lancement du Programme National Nutrition Santé (PNNS) en 2001, ces recommandations nous sont devenues familières. Pour Pascale Hébel, directrice du Pôle Consommation et entreprise au Credoc*, ce sont notamment les crises sanitaires récentes (vache folle, viande de cheval, Lactalis) qui ont fait évoluer notre rapport à l’alimentation. "Avant les années 1980, ce n'était pas un sujet de société. Chacun mangeait en perpétuant les rites familiaux" assure-t-elle. Désormais, Si nous souhaitons "manger mieux", c’est aussi pour garder la ligne et rester en forme. Une nouvelle hygiène de vie qui passe par le contenu de notre assiette et de nouveaux réflexes alimentaires, comme le prônent ces femmes engagées. (*) Se nourrir, un nouveau défi (Cahiers Français, septembre-octobre 2019)

Comme beaucoup de femmes, j’avais pris quelques kilos à la cinquantaine. Ne trouvant pas de régime adapté, j’ai décidé de créer le mien. Mon CAP de cuisine en poche à presque 60 ans, j'ai imaginé un régime pratique, sain et surtout qui permette de continuer à boire un peu de vin et à manger du chocolat de temps en temps! En quelques mois, j’avais perdu 7 kilos, et mon mari 12. En 2017, j’ai créé "La Brigade de Véro". L’idée, c’est d’apprendre à se nourrir différemment, de changer les comportements par rapport à la nourriture. Nous livrons des repas diététiques mais gourmands (1200 calories /jour maximum). (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite