Un cocktail cinq étoiles à Lyon

Par Constance Assor
·1 min de lecture
Les hôtels sont souvent des lieux chargés d’histoire, mais rares sont les établissements à s’enorgueillir d’un tel passé.
Les hôtels sont souvent des lieux chargés d’histoire, mais rares sont les établissements à s’enorgueillir d’un tel passé.

C'est un bar, unique en son genre, qui concentre toute la majesté de l'architecture du XVIIIe siècle. Sous une voûte en pierre de 32 mètres de hauteur, entièrement sculptée, des banquettes sombres en ellipse, garnies de coussins mordorés, sur un sol en damier de marbre, se répartissent autour d'un bar en albâtre. Au mur, de part et d'autre des gigantesques fenêtres ouvrant sur les eaux tourmentées du Rhône, la poésie abstraite des tableaux de Manuela Paul-Cavallier offre une touche bienvenue d'exotisme. Au menu ? Tous les classiques du registre, bien sûr, mais le cocktail signature à base de pralines roses ? typiquement lyonnais ? mariées avec de la vodka, du champagne rosé et du citron a retenu notre attention. Une réussite, tant il faut de caractère pour se distinguer dans pareil décor.

Le Dôme bar © DRLes hôtels sont souvent des lieux chargés d'histoire, mais rares sont les établissements à s'enorgueillir d'un tel passé. Et pour cause, avant d'être un cinq-étoiles estampillé Intercontinental et amarré le long du Rhône sur la presqu'île lyonnaise, le vaisseau amiral de l'ancienne capitale des Gaules fut, 800 ans durant, un hôpital. Érigé au XIIe siècle pour accueillir pèlerins et indigents, l'hospice ? un temps dirigé par Rabelais ? fut agrandi sous la houlette de Jacques-Germain Soufflot (également à l'origine du Panthéon) au XVIIIe. Derrière l'imposante façade en pierre de taille (360 mètres de longueur !), la toute première radiographie de l'histoire [...] Lire la suite