Cocktail : comment préparer un americano ?

La vraie recette de l’americano

Réussir un americano maison n’a rien de difficile si vous respectez bien nos astuces et conseils. Et cela aura le mérite de surprendre vos invités en leur offrant un cocktail réalisé par vos soins. Ce cocktail doit être consommé très frais, c’est pourquoi il est recommandé de placer les bouteilles comme les verres quelques instants avant au congélateur. Pour 4 personnes, il vous faut : 20 cl de Martini, 20 cl de Campari, 10 cl de jus d’orange, ½ orange et ½ citron vert. Commencez par préparer vos verres à cocktail : trempez le pourtour de chaque verre dans le jus de 1/2 citron puis dans une assiette garnie de sucre cristal. Les rebords du verre ainsi givrés, versez dans chaque verre deux ou trois glaçons. Dans un shaker, versez le Martini, le Campari et le jus d’orange. Mélangez et versez un quart de ce mélange dans chaque verre. Si vous n’avez pas de shaker, pas de panique ! Vous pouvez tout à fait vous contenter de deux verres que vous emboîtez l’un dans l’autre. Complétez avec de l’eau gazeuse. Enfin, décorez les verres avec une tranche de citron et une tranche d’orange sur les bords. D’autres cocktails mythiques peuvent être réalisés à la maison comme la margarita ou le daïquiri, selon vos envies du moment.

Nos idées recettes pour revisiter l’americano

Il existe plusieurs variantes à la recette originale de l’americano :

L’une d’elles a été rendue célèbre au cinéma par l’agent 007. Dans ses films, on voit en effet souvent James Bond siroter un cocktail à base de Martini. Pour réaliser le cocktail au Martini du mythique James Bond, il vous faut pour chaque personne : 3 cl de Martini et 7 cl de vodka, que vous mélangez avec des mouvements rapides dans un shaker. Versez le cocktail dans un verre avec 2 ou 3 glaçons que vous aurez débarrassé du résidu d’eau. Servez ces cocktails accompagnés d’une olive noire piquée sur un cure-dents dans le verre.Autre variante, le Martini dry : pour 4 cocktails, mettez quelques instants au congélateur les

(...) Cliquez ici pour voir la suite