Colporter des ragots aurait des effets néfastes sur notre santé mentale

Adam Winger Hire unsplash

On a déjà tous été témoin ou colporteur de ragots au moins une fois dans sa vie. C’est un procédé humain qui a pour but principal de nous rapprocher des autres en les amusant tout en se rendant intéressant, même s'il faut bien avouer qu’il n’y a aucune fierté particulière à en tirer, au contraire. Les "ragots" désignent précisément un commérage malveillant et sans fondement. Si en être la cible est compliqué à vivre, il semblerait qu'en être le colporteur aurait aussi des effets néfastes sur la santé mentale. Ce lundi 5 septembre, un article publié dans le magazine Elle se fait écho d'une étude scientifique parue dans le magazine Psychology Today sur le sujet.

Cette étude des plus sérieuses révèle que les personnes balançant des cancans sur les autres se percevraient ensuite elles-mêmes "de façon plus négative qu’avant". La raison principale ? Les colporteurs de ragots se sentiraient "coupables de violer les normes de confidentialité de ceux qui ne sont pas présents pour se défendre", observent les auteurs de l'étude.

Pour arriver à ces résultats, les chercheurs ont invité 140 participants à "écrire une description positive ou négative d'une personne cible". Dans un premier temps, ils se sont rendus compte que la description valorisante n'avait pas eu d'effet sur leur santé mentale après. Au contraire de la description négative qui, elle, avait "significativement réduit" l'estime personnelle des sujets. Des résultats sans appel, affirme Jenny M Cole, directrice de l'étude, affirmant (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Votre "dickpic" en dit long sur votre personnalité d'après une étude
Être gentil avec les autres est bon pour leur santé (et la nôtre), c’est prouvé
D’après une étude scientifique, notre attirance pour quelqu'un pourrait se lire… sur notre visage
"J’ai dû lever les yeux vers d'autres femmes noires" : Willow Smith se confie sur l'acceptation de soi
House of the Dragon : qu'est-ce que le trouble du "skin picking" dont souffre l'un des personnages ?