Les comédiennes "méchantes entre elles" : Chantal Ladesou se confie sur les coulisses du métier

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les comédiennes se tirent parfois dans les pattes. C'est ce que Chantal Ladesou a confirmé le jeudi 9 juin 2022, sur l'antenne de Sud Radio, dans le 10heures-midi-Média. La comédienne, qui s'est confiée plusieurs fois sur l'évènement tragique qui a marqué sa vie à jamais, était invitée pour évoquer la pièce Adieu, je reste !. Dans cette oeuvre signée d'Isabelle Mergault qui sera diffusée, samedi 11 juin 2022, sur C8, elle campe une milliardaire. Après avoir raconté l'histoire de la pièce, Chantal Ladesou, connue pour sa gouaille et son humour, a été interrogée sur son début de carrière. Face à Valérie Expert, elle est notamment revenue sur ses premiers pas à la télévision, dans l'émission Le Théâtre de Bouvard, en tant que Madame Boudin dans Maguy. "J'étais engagée comme une femme très moche", s'est-elle remémorée, amusée, en évoquant cette première expérience. "La maquilleuse et la costumière s'amusaient beaucoup à m'habiller bien, à me faire belle", a poursuivi Chantal Ladesou. "A chaque fois que j'étais trop belle, Maguy [interprétée par Rosy Varte, ndlr.], qui était charmante, elle disait 'Rhabille-la, démaquille-la'", a continué à raconter l'actrice à la voix rauque. Avant d'ajouter en riant : "Elle voulait que je sois moche".

Une anecdote qui a tout de suite fait réagir Gilles Ganzmann. "Elles sont méchantes les comédiennes entre elles ?", l'a-t-il alors interrogée. "Mais bien sûr que oui", a-t-elle répondu sans hésitation. "Il y a tellement d'enjeu, en fait", a-t-elle expliqué, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles