Le combat de Joana Balavoine contre l'addiction

Simone

"Dès le matin, je me réveillais et c'était un joint, une ligne de cocaïne, un café. Et en fait, rien qu'à partir de là, la journée, elle est foutue."

Pendant 14 ans, Joana Balavoine a été dépendante à la cocaïne. Elle raconte son combat pour s'en sortir dans la bande dessinée Les Lions endormis.

Alors qu'elle n'a que 16 ans, durant un petit boulot estival, on lui propose de la cocaïne et de l'ecstasy. Joana raconte cette première fois : "Je n'ai ni été attirée ni voulu. Je crois que je me suis laissé prendre avec insouciance et inconscience comme finalement beaucoup de gens." Elle suit le mouvement. Puis recommence : elle est jeune et aime faire la fête. Sans vraiment s'en rendre compte, la fille de Daniel Balavoine tombe progressivement dans l'addiction : "Il n'y a pas eu tout de suite une énorme consommation."

C'est autour de ses 25 ans, un âge qu'elle décrit comme celui où l'on commence à être un peu plus construit, à savoir ce qu'on veut, que Joana commence vraiment à glisser tout en donnant l'impression de gérer. "C'est vrai que dans ma vie, j'ai eu un groupe, j'avais quand même quelques petites accroches", retrace-t-elle. Difficile de raconter une journée type. La jeune musicienne prend des cours de musique, mais ne s'investi pas réellement. "Je faisais tout en dilettante, et je me retrouvais finalement à être très seule. Très très seule.", dépeint aujourd'hui Joana.

À ce moment-là, elle commence à se créer un personnage et s'enferme dans l'illusion que tout va bien. Néanmoins, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite