"Commence à t’aimer", la lettre inspirante de Samira Wiley à la petite fille qu’elle était

Michael Tran / Intermittent

"Tu te sentiras soutenue et aimée." En 2013, Samira Wiley obtenait son premier rôle majeur : celui de Poussey Washington dans la série Netflix Orange Is the New Black. Après le décès tragique de son personnage, l’actrice américaine a intégré le casting d’une autre série à succès : The Handmaid’s Tale. Ces derniers mois, elle tenait le rôle principal de la pièce de théâtre Blues for an Alabama Sky, en représentation au Lyttelton Theatre à Londres. C’est à ce titre qu’elle a reçu, le 8 novembre dernier, le prix du "Theatre Actor", décerné par le magazine Glamour. À cette occasion, l’actrice de 35 ans a tenu à adresser une lettre à la petite fille qu’elle était. Femme noire et lesbienne, Samira Wiley revient sur les difficultés rencontrées tout au long de sa vie, et en particulier au cours de sa carrière.

Fille de pasteurs, l’actrice américaine a toujours pu compter sur le soutien de ses parents, aussi bien dans son parcours professionnel que dans l’affirmation de son lesbianisme. Bien que passionnée de théâtre dès son plus jeune âge, l’actrice révèle avoir eu du mal à avoir foi en une potentielle carrière dans ce milieu tant les femmes noires et les femmes lesbiennes y sont invisibilisées. "Tu te diras que cette voie n’est probablement pas pour toi. Tu n’arrives pas à rêver aussi grand", écrit-elle dans cette lettre publiée par Glamour.

Sur le même sujet ⋙ "C'est un combat" : Viola Davis se confie sur sa carrière et le besoin de représentation des femmes noiresReprésentation (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Règles dans le sport : vers la fin des sous-vêtements blancs au tournoi de Wimbledon ?
"Ma famille a été emprisonnée et torturée" : Nina dénonce la dictature extrémiste en Iran
Motto, la nouvelle appli de rencontre anti-Grindr lancée par… le fondateur de Grindr
“La précarité passait au second plan” : Anne-Claire Genthialon décrypte le piège du métier-passion
Au Japon, la mairie de Tokyo délivre ses premiers certificats d’union pour les couples de même sexe