La Commission de l'océan Indien veut que la région garde son statut de zone de paix

© Wikimedia Commons CC BY SA 3.0 Peter Kuchar

Face aux nouveaux enjeux géopolitiques et les risques climatiques dans l’océan Indien, des acteurs de la région se sont rencontrés du 30 novembre au 1er décembre à Maurice. Ils ont discuté paix, stabilité, prévention des crises et médiation, le temps d’une conférence conjointe des Nations unies et de la Commission de l’océan Indien (COI).

De notre correspondant à Port-Louis,

En décembre 1971, les Nations unies adoptaient la résolution 2832 faisant de l’océan Indien une zone de paix. Un demi-siècle plus tard, la reconfiguration géopolitique et les défis climatiques viennent bousculer cette vocation, observe le secrétaire général de la Commission de l’océan Indien, Vêlayoudom Marimoutou. « Effectivement, les choses changent. Nous accueillons les chocs exogènes qui sont faits avec les nouveaux équilibres internationaux, avec la guerre en Ukraine, mais surtout, on ne dit pas assez l’impact du dérèglement climatique. »

Le sud-ouest de l’océan Indien est le théâtre d’un nouveau projet militaire. À la présence historique de la base anglo-américaine de Diego Garcia s’ajoute désormais la construction de ce qui ressemble de plus en plus à une base militaire indienne à Agaléga, territoire mauricien.

Des sujets délicats pour la COI, dont les pères fondateurs avaient souligné la nécessité de sauvegarder la souveraineté de ses États membres.


Lire la suite sur RFI