«Mon compagnon souffre d'un trouble psychique grave, comment gérer la situation?»

Cet être, aimé autrefois autrement, n'est plus là. | Charlie Foster via Unsplash
Cet être, aimé autrefois autrement, n'est plus là. | Charlie Foster via Unsplash

Chaque jeudi, dans Ça tourne pas rond, Mardi Noir, psychologue et psychanalyste, répond aux questions que vous lui posez. Quelles que soient vos interrogations, dans votre rapport aux autres, au monde ou à vous-même, écrivez à mardi.noir@slate.fr, tous vos mails seront lus.

Chère Mardi Noir,

Mon compagnon souffre d'un trouble psychique grave, dont on est actuellement en train de déterminer le diagnostic. Son entourage est au courant de sa maladie, mais je reste son principal soutien, ce qui n'est pas simple: comme souvent dans ce genre de cas, la relation devient à sens unique, la personne malade étant difficilement capable de s'engager affectivement et émotionnellement, et on n'ose pas le lui dire de peur de la culpabiliser encore plus. Ce pourrait être supportable, mais le problème, c'est qu'il est difficile de se plaindre et d'être soutenue car on n'est pas considéréecomme la personne malade. Comment gérer tout ça, cette solitude, le vide créé par la maladie et j'avoue, parfois, cette envie de tout laisser tomber? Je n'arrive plus à savoir ce qui est égoïste ou normal.

Macha

À LIRE AUSSI

«Est-ce ok de ne pas aimer sa propre mère?»

Chère Macha,

Vous décrivez ici une situation particulièrement difficile. Se considérer comme le principal soutien de votre compagnon, c'est presque vous transformer en ce compagnon, puisque si je saisis vos propos, vous avez dans l'idée que si vous en faites moins, ou si vous vous retirez de cette relation, votre ami va s'effondrer. Vous êtes en train de devenir plus qu'une béquille, vous fusionnez ses appuis avec les vôtres, voire vous êtes, si j'en crois ce que vous me dites, sa colonne vertébrale. Puis, vous écrivez qu'il ne serait pas de bon ton de vous plaindre puisque vous n'êtes pas «la personne malade». Or vous l'êtes, vous aussi. Ou du moins, vous en prenez le chemin en pensant que...

Lire la suite sur Slate.fr.