Comptes en Suisse d'Anémone : ses enfants apportent une précision importante

Ce mardi 5 novembre 2019, l'Administration fédérale des contributions (AFC) suisse, l’équivalent du ministère français de l’Économie, a lancé un appel aux héritiers d'Anémone de son vrai nom Anne Bourguignon, afin qu'ils se fassent connaître rapidement auprès des autorités. En effet, la comédienne décédée le 30 avril dernier à l'âge de 68 ans d'un cancer du poumon possédait un ou plusieurs comptes bancaires en Suisse. Une annonce qui a beaucoup étonné, compte tenu des déclarations de l'actrice à la presse quand elle évoquait sa retraite et son argent au journal Le Parisien en 2017 : "J'ai ma retraite et de quoi vivre sans bosser. Elle n'est pas bien grasse, heureusement que j'ai un loyer par ailleurs qui me rapporte. Par rapport aux carrières qu'on fait, on n'a pas beaucoup de fric à la retraite."

⋙ Anémone : révélations sur sa liaison amoureuse avec un homme politique

D'après le journal suisse Le Matin, à partir du moment où l'information est publiée dans la Feuille fédérale, les héritiers d'Anémone, à savoir ses deux enfants Jacob et Lili, disposent de dix jours pour se faire connaitre et pouvoir ainsi accéder au(x) compte(s) de leur mère. Comme l'a précisé l'agent de l'actrice connue notamment pour son rôle de Thérèse dans Le Père Noël est une ordure, dans un communiqué envoyé à l'AFP : "Les enfants d'Anémone tiennent à préciser que les comptes suisses résultent de donations en nue propriété, récentes et déclarées à l'administration fiscale française. Elles ont été consenties par la mère d'Anémone, résidente suisse."

Jacob Bourguignon a apporté une précision sur les ondes de Sud Radio ce vendredi 8 novembre : "Elle ne s'est jamais cachée d'avoir une famille plutôt bourgeoise. Notre grand-mère, qui résidait en Suisse, a fait un don de son vivant à ma mère. Elle n'est pas dans l'illégalité, elle n'a pas planqué d'argent là-bas, elle n'a rien fait de mal".

A lire aussi : EXCLU - Obsèques d’Anémone : son fils Jacob explique pourquoi si peu de personnalités étaient présentes

(...) Cliquez ici pour voir la suite