Le concours Miss France poursuivi pour critères de recrutement « discriminants »

·1 min de lecture

Trois femmes qui n’ont pas pu participer au concours et l’association féministe « Osez le féminisme ! » poursuivent les sociétés de production du concours de beauté. Elles jugent « discriminants » les critères de recrutement des candidates. 

Mesurer au moins 1,70 mètres, être célibataire, ne pas avoir eu d’enfant et être « représentative de la beauté » : les critères pour participer au concours Miss France sont       « discriminants » selon l’association féministe « Osez le féminisme ! » qui a annoncé avoir saisi la justice prud'homale, estimant que ce concours « sexiste » violait le droit du travail. 

Lire aussi >>>  Peut-on être féministe et regarder l'élection de Miss France ?

La procédure, intentée devant le conseil des prud'hommes de Bobigny, vise les sociétés Miss France et Endemol Production, a précisé l'association dans un communiqué. Endemol « utilise des femmes pour fabriquer un programme audiovisuel extrêmement lucratif tout en bafouant le droit du travail », estiment les requérantes à l’AFP. 

Pas de contrat de travail 

Les candidates à la couronne de beauté ne signent certes aucun contrat de travail avec les organisateurs du concours. Mais leur relation avec Endemol doit bien s'analyser comme celle liant un salarié à son employeur, affirme l'association, qui s'appuie sur une jurisprudence de 2013, concernant le concours « Mister France ».

Or, le Code du travail interdit, dans un recrutement, tout critère lié « aux mœurs, à l'âge, à la situation de famille ou à l'apparence physique », a expliqué à l'AFP Me Violaine De Filippis-Abate, l'avocate d' «Osez le féminisme ». Dans son rapport annuel sur l'état des lieux du sexisme en France, en 2019,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles