Condamnée à de la prison en Russie, une Pussy Riot raconte son évasion rocambolesque

Maria Alekhina, militante féministe opposée à Vladimir Poutine, a détaillé au New York Times son évasion de Russie, où elle devait purger une peine de vingt-et-un jours de prison ferme.

« C’était un imprévisible doigt d’honneur », mais surtout une astucieuse évasion au nez et à la barbe des autorités russes, qu’elle a effectuée à la mi-avril. Maria Alekhina, activiste féministe de 33 ans et membre des Pussy Riot, raconte au « New York Times » la fuite de l’appartement moscovite de son amie dans lequel elle était assignée à résidence.

Pour quitter l’appartement sous les yeux même des policiers qui le surveillaient étroitement, la militante féministe a opté pour une méthode assez rudimentaire :  se faire passer pour quelqu’un d’autre. Et qui mieux que les livreuses de repas, habituées à entrer et sortir sans cesse des immeubles, pour tromper la vigilance des autorités ? « Un moyen facile de contourner les flics postés à votre porte », a tweeté sa compagne Lucy Shtein, accompagnant son message d’une série de clichés de Maria Alekhina vêtue du sac à dos carré et manteau verts signés du groupe « delivery club ».

легкий способ пройти мимо ментов у твоего подъезда pic.twitter.com/45xentHNNT

— штейн (@lcshtn) May 10, 2022

« Je ne comprends toujours pas vraiment comment j’ai fait »

Après un long périple effectué sur les routes à la recherche de l’exil, c’est dans un petit studio à Vilnius (Lituanie) que l’activiste russe a finalement trouvé refuge. À la sortie de l’appartement, prenant bien soin de laisser son téléphone portable pour éviter la...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles