Valérie Bacot condamnée à quatre ans d’emprisonnement dont trois avec sursis

·1 min de lecture

Le procès de Valérie Bacot s'est conclu dans un vent de soulagement, et sous les applaudissements. Vendredi 25 juin 2021 à la cour d'Assises de Saône-et-Loire à Chalon-sur-Saône, elle a été condamnée à quatre ans d'emprisonnement, dont trois en sursis, rapporte France 3 Bourgogne France-Comté. Ayant déjà passé un an en prison à partir d'octobre 2017, elle a pu sortir libre. La femme de quarante ans, reconnue coupable du chef d'assassinat à l'unanimité par les jurés populaires, a aussi reçu "une injonction de traitements et de soins, ainsi qu'une interdiction de porter ou détenir une arme pour une durée de 15 ans".

Elle comparaissait pour l'assassinat de Daniel Polette, son ex-beau-père et mari violent et proxénète, tué d'une balle dans la nuque le 13 mars 2016. Le verdict est tombé après quatre jours d'audiences éprouvants pour l'accusée, qui a fait un malaise à l'énoncé des réquisitions de l'avocat général : si elle risquait la réclusion à perpétuité, le magistrat n'avait requis que cinq ans de prison.

Valérie Bacot a tué son mari, alors âgé de 60 ans, et a enterré son corps dans un bois avec l'aide de ses fils. Par cet acte radical, elle a mis fin à des dizaines d'années de calvaire. Daniel Polette, qu'elle a connu alors qu'il était marié à sa mère, a abusé d'elle dès ses douze ans. Condamné à deux ans de prison pour les faits, il s'est mis en couple avec elle dès sa sortie de prison, alors qu'elle n'avait que 17 ans. Ensemble, ils ont eu quatre enfants. Violent, il l'a prostituée (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles