Confiné loin de ses proches, Olivier Véran a-t-il profité d'un déplacement officiel pour revoir ses enfants ?

Depuis le début de la pandémie du coronavirus, Olivier Véran est en première ligne. Régulièrement en direct sur les chaînes d’informations en continu pour faire un état des lieux de l’actualité du Covid-19, le ministre de la Santé ne compte plus ses heures passées à étudier les mesures prises pour lutter contre la propagation du virus. C’est loin de ses proches, restés à Lyon, que le remplaçant d’Agnès Buzyn a mis sa vie personnelle entre parenthèses pour s’occuper de la crise sanitaire que connaît la France.

Papa de deux enfants scolarisés à Grenoble, où vit leur mère, le ministre ne les aurait pas vus depuis le début du confinement. Après plusieurs semaines rythmées par les appels téléphoniques et les visioconférences avec eux, Olivier Véran aurait pu profiter d'un déplacement officiel pour les revoir. Attendu à Lyon, le jeudi 14 mai, un détour par la capitale des Alpes lui aurait permis de retrouver ses enfants, selon le magazine Gala. A-t-il profité de ce voyage pour faire une pause en compagnie de ses proches ? Contacté par nos confrères pour en savoir plus, le service presse du ministère de la Santé garde le silence.

Le confinement sans ses enfants, “une situation difficile” pour Olivier Véran

Selon Paris Match, le ministre des Solidarités et de la santé aurait du mal à vivre cet éloignement : “C'est le seul moment où la gorge d'Olivier Véran se noue, quand il parle de sa fille et de son fils, 9 ans et 6 ans. Il leur a dit au revoir le dimanche du premier tour des municipales, alors qu'il était rentré voter à Grenoble". "Le lendemain, il les appelait pour leur dire qu'il ne 'redescendrait' pas avant quelque temps. Confinés chez leur mère, ils discutent quotidiennement avec lui en vidéo", précisent nos confrères.

Dans un entretien accordé à Quotidien en mars 2020, le ministre a confié à Yann Barthès : “Je ne dis pas que c'est génial de rester confiné, personne ne dira ça. Personne, et moi le premier, mes enfants sont dans une autre ville que celle dans laquelle je

(...) Cliquez ici pour voir la suite