Confinée, Lorie Pester enflamme la Toile avec une photo d'elle... nue !

À défaut de retrouver ses fans chaque soir sur TF1 dans Demain nous appartient, Lorie Pester leur donne rendez-vous sur les réseaux sociaux. Confinée chez elle, la comédienne de 38 ans passe le temps comme elle peut en attendant son retour sur les plateaux de tournage du feuilleton phare de la une. Le mardi 5 mai 2020, la meilleure amie des Français a enflammé la toile en partageant une photo d'elle.... très sexy.

Nue dans son lit, un énorme collier autour du cou, on découvre Lorie Poster recouverte d’un simple drap. Un cliché en noir et blanc, liké plus de 23 mille fois, que l’auteure du livre Les choses de ma vie, légende avec ironie : “#enmodeconfinement, je ne sais pas vous, mais moi je me couche toujours avec mes bijoux, brushée et maquillée !!” Séduits par son post et son humour, ses abonnés n’ont pas manqué de lui faire remarquer qu’”elle est sublime cette photo”. D’autres internautes commentent : “T’es toujours aussi magnifique” ou encore “Une bien belle photo, d'une bien belle dame” et “Sexy Lorie”.

Le confinement en couple, selon Lorie Pester

L’un de ses followers s’amuse : “Les princes charmants ne viennent pas la nuit, Lorie”. Mais que ce dernier se rassure, la jolie blonde n'est plus un coeur à prendre. Celle qui chantait avoir "besoin d'amour", mais préférait "rester toute seule", a fini par trouver l'homme de sa vie. Dans un entretien accordé à 50 min Inside, disponible sur le compte Instagram de l'émission, la comédienne qui rêve de devenir maman confie sa méthode pour éviter les querelles de couple pendant la quarantaine.

À la question : “Un conseil pour ne pas se disputer avec son conjoint ?”, elle répond avec humour : “Trop facile : évitez-vous, voilà". Discrète sur sa vie amoureuse, elle continue avec sarcasme : "Essayez de pas être dans la même pièce. Ou alors y'en a un qui dort la nuit et l’autre qui dort le jour ! Si vous avez besoin de conseil, je suis là”. Vous avez dit radical ?

>>> Découvrez la photo très sexy de Lorie Pester, ici >>>

A lire

(...) Cliquez ici pour voir la suite