Confinement : 3 techniques de maquillage à tester et à apprendre à la maison

Le confinement offre du temps à tuer. Vous pouvez alors en profiter pour prendre soin de vous en réalisant des masques pour les cheveux ou pour le visage, mais vous pouvez aussi vous entraîner à acquérir de nouvelles compétences make-up. Certaines techniques demandent de l’entraînement et du temps : en voici trois que vous pourrez reproduire très facilement après la fin du confinement.

Maquillage à la maison : le smoky-eye

Le smoky-eye, ou “œil fumé” en français, a la cote. En plus, il peut s’adapter à plusieurs situations : léger en journée, plus intense et pailleté le soir… Il est modulable à l’infini. Si ce maquillage peut paraître difficile à réaliser au premier abord, il ne l’est pas du tout en réalité. Voici comment procéder. Commencez par choisir les coloris de fards que vous souhaitez utiliser. L’idéal est de choisir des tons beige, taupe et marron car ils mettent en valeur toutes les couleurs d’yeux. Si les tons neutres sont de bonnes couleurs pour faire un premier smoky, sachez que les tons cuivrés sont particulièrement flatteurs pour les yeux verts et bleus : vous pouvez aussi les utiliser.

Etape 1 : appliquez une base spéciale yeux sur la totalité de la paupière mobile.

Etape 2 : avec un pinceau assez épais, mettez du fard beige sur toute la paupière mobile.

Etape 3 : pour créer de l’intensité, dessinez un "C" partant du creux de la paupière jusqu'au coin externe de l’œil avec un marron plus foncé. Puis estompez légèrement la couleur le long de la paupière mobile.

Etape 4 : avec un pinceau fin et biseauté, prélevez du fard marron et venez en déposer au ras des cils de la paupière inférieure pour donner un effet charbonneux au smoky.

Etape 5 : juste en dessous de l’arcade sourcilière, appliquez un fard clair pour agrandir le regard. Mettez ensuite votre mascara et le tour est joué !

Maquillage à la maison : le liner épais

Qui ne rêve pas de savoir réaliser des yeux de biche ? L’eye-liner permet d’intensifier le regard tout en allongeant l’œil. Mais un joli

(...) Cliquez ici pour voir la suite