Confinement : le gouvernement alerte sur les risques de violences faites aux enfants

Dans un communiqué publié mercredi 18 mars, Adrien Taquet, secrétaire d’État à la protection de l’enfance, a alerté sur les risques de violences faites aux enfants en cette période de confinement.

Depuis mardi 17 mars, les Français sont contraints au confinement afin de ralentir la propagation du coronavirus. Une mesure qui peut malheureusement prendre des allures de cauchemar pour les enfants victimes de violences. En ces circonstances exceptionnelles, Adrien Taquet, secrétaire d’État à la protection de l’enfance, appelle chacun à redoubler de vigilance. Dans un communiqué publié sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé, mercredi 18 mars, l’homme politique rappelle combien il est important de composer le 119 si l’on est témoin "même auditif, même dans le doute" de maltraitance sur un enfant. "Le Service 199-Allo Enfance en Danger a activé son plan de continuité d’activités pour assurer un maintien de l’activité des écoutants, indispensable au repérage des situations de danger ou de risque de danger d’enfants", peut-on lire.

Les procédures d'urgence sont maintenues

Bien évidemment, ce rappel vaut également pour les victimes elles-mêmes. "L’appel, gratuit depuis tous les téléphones, n’apparaît sur aucun relevé téléphonique", est-il précisé. Si les tribunaux sont fermés au public, des permanences sont toujours assurées dans l’éventualité où des mesures de protection doivent être prises en urgence. "Des ordonnances de placement provisoire seront décidées par les magistrats pour garantir leur protection. L’accueil de ces enfants sera assuré par les professionnels de la protection de l’enfance, dont la mobilisation doit être saluée en ce temps de crise sanitaire inédite", poursuit Adrien Taquet, avant de souligner que les audiences qui s’imposent auront bel et bien lieu.

Enfin, il est essentiel de savoir que d’autres associations de protection de l’enfance restent à l’écoute en cette période de confinement. Le ministère des Solidarités et de la Santé cite notamment La Voix de l’enfant (01 56 96 03 00), L’enfant Bleu - Enfants maltraités (01 56 56 62 62), Colosse aux pieds d’argile (07 50 85 47 10), puis Stop maltraitance - Enfance et Partage (0 800 05

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :