Confinement : une hausse des ventes de tests de grossesse en France

Depuis le début du confinement, les ventes de tests de grossesses explosent, tandis que celles des préservatifs chutent. Ces deux conséquences présagent-elles d'un baby boom dans les mois à venir ? Pas nécessairement. Explications.

Gel hydroalcoolique, farine, sextoy, masque de protection, haltères, papier toilette... Depuis le début de la pandémie de coronavirus, certains articles sont très convoités par les Français. Sur internet, dans les pharmacies ou les grandes surfaces, ils ont rapidement été pris d’assaut provoquant des pénuries ou des ruptures de stock et faisant flamber les prix. Autre produit prisé : le test de grossesse qui affiche des ventes record depuis le début du confinement, selon l'Observatoire des ventes de la grande distribution Nielsen.

D’après les données de l’Institut Nielsen, les achats de tests de grossesse, disponibles dans les pharmacies et en vente libre dans les supermarchés, ont considérablement accéléré et grimpé depuis la période d’isolement. Les ventes de ces tests sont passées de 6 % à 37 % du 17 mars au 19 avril. Cette hausse des ventes est supérieure à celle présentée avant le confinement qui était de 27 %.

À l’inverse, l’infographie de l’Institut Nielsen montre que les ventes de préservatifs ont fortement baissé à partir de mi-mars. Le 19 avril, elles étaient à -26 %. La raison de cette régression est simple. Les ventes de préservatifs ont été freinées par la fermeture des discothèques, des bars, des restaurants ou autres lieux de rencontre où il est possible de s’en procurer.

La hausse des ventes de tests de grossesse et la diminution des achats de préservatifs ne signifient pas forcément qu’il faut s’attendre à une hausse de la natalité dans 9 mois. Les ventes de tests de grossesse ont explosé car de nombreuses femmes ont eu un retard ou une disparition de règles. La faute à quoi ? Au confinement. En effet, l’angoisse et le stress inhabituel ou le changement de vie liés à ce contexte inédit peuvent avoir un impact sur le cycle menstruel des femmes

Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :