Confiture de coings : les secrets de la réussite

Tout savoir sur la cueillette des coings

Également appelé poire de Cydonie ou pomme de Cydon, le coing est un fruit qui était déjà consommé sous l’Antiquité. Reconnaissable grâce à sa belle robe jaune vif, le fruit du cognassier se récolte traditionnellement à la fin de l’automne – entre octobre et novembre – juste avant que surviennent les premières gelées. À pleine maturité, le fruit doit dégager une senteur agréable et son fin duvet doit se retirer d’un simple frottement. Si vous prévoyez de les récolter plus précocement dans la saison, il faudra prévoir un temps de maturation en clayettes pour obtenir des fruits à point pour être cuisinés !

Un fruit aux multiples bienfaits

Le coing possède de nombreuses vertus thérapeutiques reconnues et utilisées par les phytothérapeutes. Sur le plan digestif, le fruit qui est riche en fibres et en tanins s’avère être un puissant antidiarrhéique. Il possède également un pouvoir antiseptique qui permet de protéger les parois intestinales. D’un point de vue nutritionnel, le fruit du cognassier affiche seulement 57 calories pour 100 grammes et contribue logiquement à prévenir l’obésité, l’hypercholestérolémie et le diabète.

Comment manger un coing ?

Contrairement à de nombreux fruits, le coing ne se consomme pas cru, car sa forte teneur en tanins lui confère une importante âpreté. Il doit être cuit pour être dégusté, ce qui en fait l’un des fruits stars pour concocter de bonnes confitures et gelées. Il entre également dans la composition de certaines pâtes de fruits. En version salée, il constitue un accompagnement original pour de nombreuses viandes et gibiers. Si vous souhaitez le déguster dans sa forme la plus simple, il vous faudra le plonger quelques minutes dans de l’eau bouillante, histoire de l’attendrir un peu !

Comment faire une bonne gelée de coings ?

Pour faire une bonne gelée de coings, il vous faut des coings, de l’eau et du sucre. Simple, non ?! Si les coings sont très prisés pour faire des gelées et des confitures, c’est parce

(...) Cliquez ici pour voir la suite