Congé paternité : il réduit le risque de dépression post-partum... chez les pères !

Si 17 % des mamans en bonne santé développent une dépression post-partum au cours de l'année suivant la naissance de leur enfant, 10 % des pères sont aussi susceptibles d'en souffrir. Selon Sarah Tebeka, psychiatre à l’hôpital Louis-Mourier (Colombes) et chercheuse, interviewée par Le Monde, chez les pères, la dépression post-partum s'illustre moins par de la tristesse que de la colère, de l'irritabilité, voire des conduites à risques, de consommation d'alcool et de produits illicites.

En revanche, les causes accentuant les risques de souffrir d'une dépression post-partum sont similaires chez les mères et les pères. Les plus fréquentes sont : la précarité, des antécédents psychiatriques, une grossesse difficile, un accouchement traumatique, le manque de sommeil à la naissance du nourrisson... Toutefois, la santé mentale du père pèse sur celle de la mère et sur le développement du nouveau-né.

Dépression post-partum : l'importance du congé paternité

D'après une étude de l'Inserm, publiée le 4 janvier et réalisée à partir des données de la cohorte Elfe, rassemblant 10 000 couples hétérosexuels dont les enfants sont nés en 2011, la prise du congé paternité réduit les risques, chez les pères, de souffrir d'une dépression post-partum. Deux mois après la naissance de leur enfant, plus de 64 % des pères sondés avaient déjà pris leur congé paternité, 17 % avaient l’intention d’en prendre un et près...

Lire la suite