Conjugopathie : quand la crise de couple provoque un état proche de la dépression

iStock

Première chose à savoir : la conjugopathie n'est pas une maladie reconnue de façon officielle par les autorités sanitaires. Le mot lui-même semble être apparu dans les années 1970.

Attention : comme l'explique la psychologue clinicienne Johanna Rozenblum, la conjugopathie "ne concerne pas une personne mais une relation : ici, c'est l'entité "couple" (avec ses codes, son histoire et ses habitudes) qui est au cœur du problème, et non les deux personnes qui la composent."

De façon très schématique, on pourrait dire que la conjugopathie correspond à un dysfonctionnement pathologique de la relation de couple. "Concrètement, c'est une situation d'impasse : les deux personnes sont dans l'impossibilité de co-exister mais ne peuvent pas non plus envisager la possibilité de se séparer" clarifie la psychologue.

"En cas de conjugopathie, le "système-couple" ne fonctionne plus : la relation est devenue mortifère et toxique, il y a une souffrance chez les deux partenaires à cause de ce lien, qui ne peut pourtant pas être rompu" ajoute Johanna Rozenblum.

Bien loin de la "simple" difficulté de couple passagère, la conjugopathie correspond à une véritable situation de souffrance qui dure dans le temps : "les deux partenaires sont affectés par cette relation toxique, mais ils sont aussi deux à la nourrir. Chacun est à la fois victime et bourreau" précise la psychologue clinicienne.

En pratique : les deux partenaires ne se supportent plus et les comportements toxiques sont quotidiens. Le moindre (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite