"Quelle conne !" : Gérard Collomb, croyant son micro éteint, dérape en plein conseil municipal

Depuis quelques jours, ces séquences tournent en boucle sur les réseaux sociaux. Jeudi 7 mai 2020 se tenait par visionconférence, confinement oblige, le conseil municipal de la ville de Lyon. La réunion était retransmise sur Internet ainsi que sur l'antenne locale de BFM Lyon. Mais rien ne s'est passé comme prévu pour le maire de la ville, Gérard Collomb. En effet, les coupures d'écran et interventions inaudibles qui ont ponctué les échanges ont profondément agacé l'ancien ministre de l'Intérieur. "Bon, vous me présenterez un responsable ? Qui est responsable de la DSIT [services techniques, ndlr.]?" a-t-il lancé. Oubliant que son micro était ouvert, Gérard Collomb en est même venu à plébisciter BFM en direct : "Heureusement qu'il y a BFM. J'espère que sur BFM, on voit. La prochaine fois, on passe par eux, il faut externaliser de plus en plus" , s'est-il exclamé, agacé.

En direct, Gérard Collomb insulte une élue

Mais les milliers de lyonnais qui assistaient en direct à cette débâcle n'étaient pas au bout de leur surprise. En effet, c'était ensuite au tour de Myriam Picot, maire du 7e arrondissement de la ville, de prendre la parole pour aborder la réouverture des marchés de Lyon. Une intervention qui n'a semble-t-il pas plu à Gérard Collomb, comme l'ont relevé nos confrères de La Dépêche. Oubliant encore une fois que son micro fonctionnait toujours, le maire a laissé échapper à deux reprises des insultes à l'encontre de l'élue. "Quelle conne!" puis "Elle n'écoute même pas, c'est vraiment une conne !", a-t-on ainsi pu entendre en direct. La cible de ces injures, Myriam Picot, a confié au Parisien que Gérard Collomb se serait depuis excusé "du bout des lèvres". Elle ajoute : "C'est un dérapage qui trahit son mode de gouvernance. Il est dans la toute-puissance, il ne supporte pas la contradiction et donc la vie démocratique". Si Gérard Collomb, arrivé en quatrième position aux dernières élections municipales, voulait profiter de cette pause électorale pour se refaire une

(...) Cliquez ici pour voir la suite