Nos conseils pour bien choisir sa climatisation

Année après année, les vagues de chaleur se suivent et se ressemblent. Elles seront deux fois plus nombreuses d’ici à 2050, prévient l’Ademe (l’Agence de la transition écologique). Face à la hausse généralisée des températures, la tentation d’installer chez soi un système de climatisation est grande. Si 25 % des Français ont déjà sauté le pas, alors qu’ils n’étaient que 14 % en 2017, nous sommes encore loin des Etats-Unis et du Japon où le taux d’équipement avoisine les… 100 % !

Frais dedans ! Pour affronter la chaleur estivale, il n’y a pas mieux que la climatisation. Alors qu’un ventilateur se contente de brasser l’air pour apporter une sensation de fraîcheur sur la peau, un climatiseur fait rapidement baisser la température ambiante de plusieurs degrés. Mais cet équipement coûte cher et consomme beaucoup d’énergie, surtout s’il s’agit d’un modèle mobile.

Le bon usage. L’Ademe préconise de faire fonctionner le climatiseur fenêtres fermées, uniquement s’il fait plus de 26 °C dans la pièce. Pour ne pas faire flamber la facture d’électricité, ne dépassez pas 7 °C d’écart entre les températures intérieure et extérieure. Enfin, évitez le mode boost, trop énergivore.

Cette pompe à chaleur air/air se compose d’une unité extérieure reliée par une gaine à une ou à plusieurs unités intérieures, en fonction du nombre de pièces à rafraîchir (climatisation monosplit ou multisplit). Semblable à un gros ventilateur, l’unité extérieure, fixée en façade, éjecte l’air chaud, tandis que l’unité (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles