Nos conseils pour mieux vivre avec une dermatite atopique

Maladie inflammatoire chronique, liée à un dysfonctionnement du système immunitaire et à une anomalie de la barrière cutanée1,2, la dermatite atopique (ou eczéma atopique) touche aujourd’hui pas moins de 2,5 millions d’adultes en France 2,3. Voici nos pistes pour s’en libérer.

Des effets délétères

Qu’elle soit légère, modérée ou sévère, la dermatite atopique est souvent perçue comme une simple altération, d’ailleurs relativement banale, de la peau. Pourtant, cette maladie peut, dans de nombreux cas, détériorer la vie quotidienne de ceux qui en souffrent.

En cause ? Un système immunitaire suractivé et une barrière cutanée défaillante1,2. Résultat, la peau s’assèche et ne joue plus son rôle protecteur vis-à-vis des agents extérieurs. Se met alors en place une boucle infernale, avec prurit, (démangeaisons provoquées par l’inflammation), grattages, lésions, saignements, surinfection de la peau...

Quelles solutions mettre en place ?

Pour être certain qu’il s’agit bien d’un eczéma atopique (c’est la deuxième maladie de peau, après l‘acné et devant le psoriasis), il convient de consulter un dermatologue et définir, selon son intensité, un traitement adapté.

En parallèle, il est essentiel de bien prendre soin de sa peau au quotidien et de suivre quelques recommandations pratiques, même en l’absence de lésions.

Pour commencer : une toilette quotidienne destinée à chasser les agents extérieurs qui provoquent ou entretiennent l’inflammation, les croûtes formées et, en cas de surinfection, les bactéries. Attention, pour éviter d’agresser la peau, les douches doivent être rapides (5 minutes, pas plus), à l’eau tiède et suivies d’un séchage par tamponnements. Bonne pioche du côté des soins nettoy...Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi