Les conseils du néphrologue pour prendre soin de ses reins

Les reins ne chôment pas. Ils travaillent 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, pour épurer le sang de toutes les toxines et éliminer dans l’urine les déchets produits par les 100 000 milliards de cellules de notre corps. Malgré leur petit gabarit (150 g chacun), ils exercent également d’autres fonctions indispensables : ils stabilisent le volume et la composition du sang, ils contrôlent la tension artérielle et ils orchestrent le renouvellement des globules rouges au sein de la moelle osseuse. Les reins contribuent aussi à la solidité du squelette puisqu’ils activent la vitamine D, nécessaire à la fixation du calcium sur les os. " Ils travaillent en outre en étroite collaboration avec le foie et le cerveau ", indique le Pr Gilbert Deray, chef du service de néphrologie à l’hôpital La Pitié-Salpêtrière et auteur de Les pouvoirs extraordinaires du rein (éd. Fayard). Lorsqu’ils fatiguent, les conséquences sur l’organisme sont donc extrêmement fâcheuses. Des reins défaillants conduisent à une qualité de vie dégradée, ainsi qu’une augmentation du risque d’infarctus et d’accident vasculaire cérébral. Pour l’éviter, Il est indispensable d’adopter des mesures de prévention efficaces. Explications.

Miser sur les aliments qui protègent

La bonne santé des reins commence dans l’assiette. Une étude australienne de septembre 2019, publiée dans le Journal of American Society of Nephrology, confirme que le régime méditerranéen est le mieux indiqué. Opter pour une alimentation riche en fruits et légumes, en noix ou amandes, en céréales complètes, en légumineuses et en poissons réduit en effet de 30% le risque de maladie rénale selon les chercheurs. Ajoutez aussi à votre menu quelques baies (myrtille, goji, cranberry…) et des produits laitiers fermentés pour protéger votre microbiote urinaire, dont le déséquilibre est à l’origine de nombreux calculs rénaux, de cystites et d’incontinences urinaires. " Préférez les aliments bio non transformés afin de restreindre votre exposition aux pesticides

(...) Cliquez ici pour voir la suite