Comment conserver la compote de pommes ?

Combien de temps peut-on conserver de la compote de pommes au réfrigérateur ?

On peut conserver la compote entre deux jours et une semaine au réfrigérateur à condition qu'elle soit dans un contenant hermétique. Cette différence de conservation dépend de votre compote et de sa composition. Si vous l'avez mélangé avec d'autres fruits, par exemple de la prune ou des abricots, elle peut tourner plus rapidement.

Par ailleurs, cela dépend également du type de pomme que vous avez choisi lors de la préparation. Les pommes sucrées, comme les Fuji ou les Gala, sont plus faciles à conserver.

Vous pouvez ajouter du jus de citron en fin de cuisson pour conserver votre compote plus longtemps. Le citron est un conservateur naturel. Vous pouvez aussi en asperger vos quartiers de pomme pour éviter qu'ils noircissent lors de préparations de tartes.

Si vous souhaitez conserver plus longtemps votre compote maison, il faudra penser à la congeler ou à la stériliser et la mettre en bocaux.

Nos astuces pour conserver de la compote de pommes en bocaux

Les bocaux de compote de pommes peuvent se garder pendant un an, si la stérilisation a été correctement effectuée. À la cocotte-minute, à 100 °C pendant 40 minutes. N'oubliez pas de stériliser les pots également avant d'y mettre votre compote et laissez-les s'égoutter la tête en bas avant d'y mettre la compote chaude. Attention, munissez-vous d'une serviette ou d'une manique pour manipuler les pots remplis de compote encore chaude afin de ne pas vous brûler.

Si vous n'avez pas de cocotte-minute, vous pouvez utiliser une autre méthode de stérilisation : mettez la compote chaude (sortie de la casserole) dans un bocal en verre et fermez-le hermétiquement, puis retournez-le dans un bac d'eau froide. Laissez-les ensuite refroidir. Vous pouvez ranger les bocaux dans un placard à l'abri de la lumière, au frais. Vous pouvez les stériliser à l'eau bouillante pendant 20 minutes pour plus de sécurité avant de les stocker. Dans ce cas, les bocaux doivent être recouverts

(...) Cliquez ici pour voir la suite