La Constellation, ou le pari d'un bar queer sans alcool

Anne-Marie Kraus
(Elise Vatin)

“Où rencontrer des gens de la communauté LGBT+, quand on a plus de 30 ans ?” C’est de cette question, que s’est posée Laureline Levy après son coming-out, qu’est née son envie de fonder un tiers-lieu culturel et de convivialité queer à Paris. Après avoir travaillé dix ans dans la communication digitale et s’être sentie, de son propre aveu, “déconnectée du réel”, elle se lance alors dans cette toute autre aventure à l’automne 2018.

“En France, il est rare que l’on aille parler à une personne seule dans un bar”, déplore Laureline, qui n’a pas trouvé dans les lieux de fête LGBT+ la sociabilisation qui lui convenait. Un sentiment partagé par Jean-Victor, 22 ans : “La grande majorité des événements queer sont des soirées. Musique, alcool, foule… ce n’est pas forcément adapté pour tout le monde. Pour moi, ça reste des endroits où, en tant que personne queer racisée, je ne me sens pas le bienvenu”, explique-t-il. Marie-Laurence, directrice artistique freelance, regrette justement un certain entre-soi dans ces lieux de fête, où la drague est omniprésente. “Je m’y suis adaptée, par manque d’alternative, de lieux où on peut vraiment rencontrer des personnes et avoir des discussions qui durent plus de cinq minutes”, confie la jeune femme.

Lire la suite sur lesinrocks.com