Le constructeur chinois GAC confirme son arrivée en Europe

C’était en 2018. Un constructeur automobile alors inconnu chez nous trônait fièrement sur un des stands du Salon de Paris. Un nom, un logo, et des modèles peu familiers faisaient leur apparition : GAC, pour Guangzhou Automobile Company. Le contexte de l’époque n’était pas celui d’aujourd’hui - les constructeurs chinois connaissaient des débuts balbutiants en Europe – si bien que cette présence était tout sauf anodine. GAC, c’est un grand constructeur d’État, au même titre que SAIC, Dongfeng ou encore FAW. Une entreprise qui se veut le porte-drapeau de l’essor automobile (et industriel) chinois. Mais contrairement à ses homologues, GAC n’est pas le constructeur le plus avancé en ce qui concerne l’export à l’international.

1551 : GAC à la conquête du Vieux Continent

Le groupe est surtout présent sur les marchés émergents : Asie, Moyen-Orient et Afrique notamment. À travers ses marques Aion et Trumpchi, il y commercialise des berlines, des crossovers, des SUV et des monospaces, qui n’ont plus rien à voir avec les modèles des débuts. Le groupe a pris ces dernières années un virage stylistique et technologique inouï, et peut enfin espérer rivaliser avec les grandes marques mondiales, en faisant une percée sur les grands marchés mondiaux. Parmi eux : l’Europe bien sûr, que GAC compte très prochainement intégrer. Ces ambitions se traduisent par un nouveau plan stratégique qui vient tout juste d’être dévoilé, baptisé « 1551 ».

4 grands piliers de développement

Le premier objectif de ce plan « New...Lire la suite sur Autoplus