Contestation politique : bienvenue dans le monde d’avant !

·1 min de lecture

En s’adressant aux Français ce mardi soir, Emmanuel Macron a un objectif : mettre fin à "l’incertitude", donner "de la cohérence, de la clarté et un cap".

C’est vraiment ce qu’attendent les Français qui ont eu beaucoup de mal avec ce deuxième confinement. Ils ont eu du mal à avaler un certain nombre de mesures, à en comprendre la cohérence et à voir jusqu’à quand ça allait durer. Voir loin, le défi que doit relever le Président est de taille, puisque ce virus nous a à chaque fois tous surpris, et que l’efficacité de la période à venir dépendra en réalité de la discipline collective des Français. Respecterons-nous le plan de retour à la liberté et donnerons-nous ses chances à ce plan ?

Si oui, on en sortira plus vite ?

Exactement. C’est ce que le chef de l’État doit faire passer comme message, c’est comme ça qu’il pourra crédibiliser sa stratégie sanitaire. C’est d’autant plus important que sur les autres fronts, l’ambiance a changé du tout au tout par rapport à l’époque du premier confinement. La parole s’est libérée et la contestation est devenue la norme.
Lorsque l’épidémie a déferlé sur l’Europe et la France, nous avons tous eu un moment de sidération. Le confinement, la peur et l’ambiance de mort distillée chaque soir dans un décompte morbide, tout ça a rendu impossible la moindre critique. Le pays était en guerre, nuire à la solidarité était une diversion impossible. C’est terminé ! On a compris a posteriori l’échec sur les masques, la pénurie de gel et le chaos sur les...


Lire la suite sur Europe1