Contraception : le vrai/faux de la pilule du lendemain

Elia Manuzio
Un oubli de pilule, un préservatif qui craque en fin de parcours ou carrément pas de préservatif (c’est mal), il vous reste la pilule du lendemain, disponible sans ordonnance. Pourtant, de nombreuses idées reçues perdurent sur ce contraceptif d’urgence. On fait le point.

On ne peut se la procurer qu’à la pharmacie : FAUX
La pilule du lendemain est disponible dans les hôpitaux, les infirmeries des collèges et lycées, au planning familial et bien sûr en pharmacie. A noter que la non délivrance de la pilule du lendemain en pharmacie est illégale, même pour une personne mineure.

C’est un mini avortement : FAUX
Sûrement l’idée fausse la plus répandue. Non, la pilule du lendemain n’est pas une pilule abortive. Sa seule fonction est de bloquer ou de retarder l’ovulation. S’il y a déjà eu fécondation, elle ne pourra rien pour vous.

Il faut la prendre vite : VRAI ET FAUX
Les méthodes de contraception d’urgence protègent les rapports sexuels qui ont eu lieu 72h avant la prise pour Norlevo et 120h pour Ellaone et sont fiables dans environ 95% des cas même si leur efficacité diminue avec le temps.

On peut se passer de contraception pour le reste du mois : FAUX
Il ne faut absolument pas interrompre la prise de la pilule si c’est votre contraception habituelle. De plus, il vous faudra utiliser en plus des préservatifs (féminins ou masculins) jusqu’aux prochaines règles. Si vous n’utilisez pas de contraception régulière ou si celle-ci ne convient pas, on vous conseille de vous rendre chez votre médecin ou au plannin ...

Lire la suite sur www.glamourparis.com“Adieu minijupe !” : le manga qui casse les clichés sexistes et dit non à l'hypersexualisation
Bebe Rexha : des créateurs refusent de l'habiller pour les Grammy car elle fait une taille 40...
Razzie Awards 2019 : qui sont les nommés aux titres de pire film et pires acteurs de l'année ?
Fashion Week : quand Céline Dion s'enflamme, la Toile ricanne
Césars 2019 : voici la liste complète des nommés