Publicité

Contrairement aux hommes, les femmes ressentiraient des émotions négatives après "un coup d'un soir"

Ron Lach

Vous l’avez peut-être vécu ou entendu lors d’une soirée entre potes. Une copine vous raconte son coup d’un soir et après son récit, elle a quelques remords, voire honte d’avoir couché avec la personne dont elle vous a parlé. Alors qu’un pote se pose moins de questions, vous raconte son histoire et n’éprouve pas, la plupart du temps, de culpabilité ou d’angoisse après son coït. Vous trouvez ça cliché et désuet ? Sachez que c’est la vérité dans la plupart des cas selon une étude sur le genre et le "casual sex", comme l’indique Psychology Today.

Une étude de février 2022 réalisée avec 741 participant·es (47 % d’hommes et 52,8 % de femmes) révèle en effet que le genre affecte leur vie sexuelle plus que d’autres facteurs (socioculturels par exemple). Les femmes sont davantage stigmatisées et jugées après un coït occasionnel (no shit !) que les hommes, ainsi elles peuvent avoir des émotions négatives après un rapport. Certaines femmes peuvent aussi être contraintes à un rapport sexuel ou victimes d’une agression. Selon l’étude, c’est à cause de ces agressions qu’elles peuvent se sentir anxieuses, dépressives et coupables.

Sur le même sujet ⋙ 68 % des femmes ont vécu une expérience BDSM non sollicitée avec une personne rencontrée en lignePlan cul, coup d’un soir... Les avantages et les inconvénients du sexe occasionnel

Après un rapport entre deux personnes consentantes et sans être un couple, un homme peut ressentir de la fierté et de la satisfaction. L’étude suggère que c’est parce (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

68 % des femmes ont vécu une expérience BDSM non sollicitée avec une personne rencontrée en ligne
Six ans après #MeToo, comment a évolué la vie sexuelle des couples français ?
Pour être plus efficace la journée, privilégiez un orgasme plutôt qu'un café
Vous vous masturbez avant d'aller en date ? Les autres aussi, selon ce sondage
Sexe : quel département français est le plus adepte des sites libertins ? Une étude donne la réponse