Pour ou contre : deux prêtres débattent du mariage au sein du clergé

·2 min de lecture

Marc Fassier, prêtre depuis 17 ans, a été suspendu de son ministère en mai, parce qu’il est tombé amoureux d’une femme. Avec le frère Paul-Adrien d’Hardemare, ils échangent sur leur vision du célibat dans l’Eglise.  

« L’amour prenait d’un seul coup un visage concret. » Marc Fassier, prêtre depuis 17 ans, est tombée amoureux d’une femme il y a deux ans. Il a été suspendu de son ministère en mai, parce qu’il est interdit d’entretenir des relations lorsqu’on est membre du clergé. Une décision qu’il explique ne pas comprendre. « Je pense qu’on doit mettre tout le monde sur la même marche du podium, c’est à dire que l’amour n’est pas divisible […] Je crois que l’amour de Dieu et l’amour pour Dieu ne peut pas être divisible », explique-t-il à notre partenaire Brut.  

Lire aussi >> Kahina Bahloul : rencontre avec la première femme imame de France 

« Quand vous avez une compagne, elle vous ramène à votre humanité » 

Mais pour le frère Paul-Adrien d’Hardemare, il ne peut y avoir de dévotion religieuse s'il y a mariage. « Renoncer à une femme, renoncer à un métier, renoncer à avoir de l’argent sur son compte, je ne sais pas combien, c’est ça aussi ce que la prêtrise veut mettre en avant, c’est cette beauté de quelqu’un qui quitte tout pour Dieu. On a pris tout ce qu’on avait, voilà, on l’a mis dans ses mains et on a dit : “Seigneur, je te le donne.” »  

Marc Fassier, lui, plaide pour une modernisation de l’Eglise sur ces sujets. « Je pense que la priorité des priorités, c’est que l’Eglise ne soit pas exfiltrée par rapport au monde. Quand vous avez une compagne, elle vous ramène à votre humanité, elle vous...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles