Ce que le contreténor français Philippe Jaroussky doit aux "démons de minuit"

·1 min de lecture

Comment découvre-t-on que l'on a une voix hors du commun ? Pour le contreténor Philippe Jaroussky, cela s'est fait alors qu'il était en classe de sixième, comme il l'explique jeudi au micro d'Anne Roumanoff dans l'émission Ça fait du bien. Avant le chant, il débute dans la musique en entrant à 11 ans au Conservatoire, où il apprend le violon et le piano. Le chant ne viendra qu'un peu après, grâce à un concours.

>> Retrouvez toutes les émissions d'Anne Roumanoff en replay et en podcast ici

Lors de ce concours de chant, le jeune Philippe Jaroussky fait un choix musical étonnant. Mais qui va s'avérer payant. "J'ai gagné mon premier concours de chant en sixième avec Les démons de minuit", sourit-il, avant de chanter une partie du refrain de la chanson d'Emile et Images.

Philippe Jaroussky réalise par cette victoire que sa voix sort du lot. Mais il ne commence à vraiment la travailler qu'à 18 ans, après être allé à un concert du contreténor Fabrice di Falco. "On s'était croisés au conservatoire. Je suis allé le voir chanter dans une église à Paris, et ça a été un vrai choc", se souvient-il. "Je me suis dit 'C'est ça que je veux faire'."

"J'ai fait mes premiers opéra à l'âge de 20 ans"

Il prend alors contact avec la professeure de chant de Fabrice di Falco, qu'il lui dit que son chant est joli, mais sans étoffe. Philippe Jaroussky lui répond alors "Faites moi confiance. Je sais que je vais devenir un contreténor." Une assurance qui le surprend encore aujourd'hui. "Il devait y ...


Lire la suite sur Europe1