Convention citoyenne pour le climat : quelles sont les premières mesures mises en œuvre par le gouvernement ?

Anaïs Guillon

A l’issue du Conseil de défense écologique, qui s'est réuni lundi matin à l'Elysée, la nouvelle ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a dévoilé les premières mesures inspirées de la Convention citoyenne pour le climat, pour lutter contre le réchauffement climatique. 

Il y a un mois, au lendemain de la vague verte aux élections municipales, Emmanuel Macron retenait 146 propositions formulées par les membres de la Convention citoyenne pour le climat afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre de la France. Avant les lois prévues pour 2021, la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a annoncé à la fin du Conseil de défense écologique les premières mesures réglementaires pouvant être rapidement adoptées par voie réglementaire, sans loi, ni vote du Parlement.  

Pour cette première traduction concrète de la Convention citoyenne pour le climat, le Conseil de défense écologique s’est penché sur trois « axes » : la rénovation énergétique des bâtiments, la maîtrise de la consommation de l’énergie et la lutte contre l’artificialisation des sols. Des domaines qui « touchent directement le quotidien des Français » et parmi « les plus importants pour réduire les émissions de gaz à effet de serre », a déclaré Mme Pompili. 

Rénovation thermique des bâtiments 

Le gouvernement veut lutter contre les « passoires thermiques » en mettant en place un critère de performance énergétique pour un logement décent. Concrètement, à partir du 1er janvier 2023, tout locataire d'un logement qui consomme plus de 500 kilowatts heure par mètre carré de chauffage par an pourra exiger des travaux à son propriétaire. Faute de travaux, il pourra saisir un juge qui pourra alors décider de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi