Coronavirus au Japon: des Tokyoïtes exaspérés par le laxisme du gouvernement

·2 min de lecture

Alors que dans plusieurs pays du monde, on manifeste contre les restrictions imposées par les autorités dans le but d'enrayer la propagation du coronavirus, au Japon, c'est l'inverse : dans ce pays confronté à une troisième vague de l'épidémie, beaucoup de gens jugent le gouvernement trop laxiste et aimeraient qu'il serre la vis. La priorité de l'archipel reste la relance de l'économie, aucun confinement n'est donc envisagé.

Avec notre correspondant à Tokyo, Bruno Duval

Jusque-là relativement épargné par la pandémie de Covid-19 - avec un peu plus de 2 000 décès et 135 400 infections - le Japon n'a jamais dénombré autant de contaminations qu'aujourd'hui.

► À lire aussi : Grippe hivernale et troisième vague de Covid: le Japon confronté à une « épidémie jumelle »

Pourtant, le gouvernement ne prétend pas mettre un terme à la grande campagne de promotion du tourisme qu'il a lancée cet été, à la fin de la deuxième vague. Elle permet aux Japonais de séjourner à l'hôtel ou de voyager en TGV à des prix cassés.

Cet entêtement des autorités agace beaucoup de gens. « Relancer l'économie et le tourisme, oui, bien sûr, mais pas au beau milieu de la troisième vague !, déplore un Tokyoïte. La priorité maintenant, hélas, c'est de sauver des vies, pas des emplois. »

Une position partagée par une passante. « Inciter les gens à voyager dans tout le pays alors qu'ils feraient mieux de rester chez eux ? C'est irresponsable, affirme-t-elle. Et vraiment inquiétant... »

Le gouvernement ne demande pas non plus aux bars et aux restaurants de fermer, mais il impose des règles draconiennes à leurs clients. Les établissements servant de l'alcool doivent seulement fermer leurs portes à 22h, et les clients sont tenus de respecter un protocole strict, critiqué par une partie de la population. « On doit manger en silence et enlever son masque puis le remettre entre chaque bouchée !, s'insurge un habitant de la capitale. C'est n'importe quoi, non ? »

Un autre constate : « Avec mes amis, dans les bars, en début de soirée on applique la règle mais au bout de quelques heures, l'alcool aidant, tout le monde finit par enlever son masque. Cela me stresse toujours un peu, mais bon, je ne dis rien. »

Beaucoup de Tokyoïtes pensent qu'au lieu de donner des consignes aussi ingérables, il faudrait purement et simplement fermer ces établissements. Dans la capitale, ces jours-ci, un test du coronavirus sur trois se révèle positif.