Coronavirus : la sortie dominicale de Brigitte Macron qui choque les internautes

Le soleil brille en ce dimanche 15 mars 2020. Il fait beau, il fait bon, presque chaud. Pour de nombreux Français, c’est même la première vraie journée printanière de l’année. Alors beaucoup veulent en profiter, malgré la crise du coronavirus. A Paris, il suffisait de se balader au bois de Boulogne, par exemple, pour réaliser que les habitants n’avaient pas compris le sens du terme “confinement”. Des enfants jouent dans l’herbe avec leurs parents et leurs grands-parents, des jeunes font de la boxe près du lac, les couples se dorent la pilule. Comme si de rien n’était. Sur les réseaux sociaux, des images inquiétantes du marché d’Aligre (XIIe arrondissement), noir de monde, circulent. Pourtant, la veille, le Premier ministre Edouard Philippe s’adressait aux Français pour leur demander de se confiner et les informer sur l’état de la situation : un arrêté pris samedi 14 mars au soir prévoyait la fermeture des commerces “à l’exception de ceux présentant un caractère indispensable comme les commerces alimentaires, pharmacies, banques, stations-service ou de distribution de la presse” dès minuit. Des mesures destinées à diminuer la propagation du Covid-19 et qui, visiblement, n’ont pas empêché les familles de se rassembler dans les rues, dans les parcs et sur les marchés. Au grand dam du gouvernement. Le Président de la République, Emmanuel Macron, est de son côté allé voter avec son épouse Brigitte Macron. Qui, elle non plus, n’est pas rentrée au Palais illico presto après… La professeure aurait ainsi été choquée en se promenant sur les bords de Seine, comme le révèle Le Parisien dans son édition du lundi 16 mars.

"L’Elysée n'est pas assez vaste pour se promener ?"

“Dimanche, en rentrant du Touquet (Pas-de-Calais), où le couple présidentiel a voté au premier tour des municipales, la Première dame elle-même, coutumière des longues marches dans Paris, s'est promenée sur les quais de la Seine avec ses gardes du corps, stupéfaite d'y croiser autant de monde et saluant les badauds

(...) Cliquez ici pour voir la suite