Coronavirus : comment Brigitte Macron a failli être contaminée par un ministre

Comment le président de la République Emmanuel Macron a-t-il géré le début de la crise du covid-19, des premiers cas en France au “coup d’éclat” de l’ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn ? C’est la question que se pose Le Parisien dans un numéro du podcast Code Source, intitulé Emmanuel Macron et la crise du coronavirus : dans la tête du Président, et daté du 20 mars 2020. La journaliste politique Nathalie Schuck, autrice d’un livre sur la Première dame Brigitte Macron sorti en 2019 (Madame la Présidente, ed. Plon) détaille ainsi la gestion de crise du chef de l’Etat et les conséquences sur sa vie privée. “Il a grandi dans une famille de médecin, c’est quelque chose que l’on a tendance à oublier, mais il a quand même deux parents qui sont dans le domaine médical. Il a été baigné par ça pendant toute son enfance”, commence Nathalie Schuck.

Franck Riester, testé positif au covid-19, "était censé déjeuner avec Brigitte Macron"

Dès l’arrivée du coronavirus en France, des mesures sont prises pour protéger le Président, mais aussi sa femme, la professeure et Première dame Brigitte Macron. “Il est décidé qu’il ne serrera plus de mains”, rappelle-t-on. “Il est également décidé de nettoyer les objets qu’il utilise dans son bureau, de limiter le nombre de conseillers autour de lui. Ce protocole de vigilance va se resserrer encore plus, puisqu’il va être décidé assez rapidement que les conseillers n’auront plus le droit de venir dans son bureau.” Un premier cas arrive toutefois rapidement au sein du gouvernement. Lundi 10 mars, les Français apprennent que leur ministre de la Culture Franck Riester est testé positif au coronavirus. Il s’agit du premier membre du gouvernement à être atteint. Des mesures sont “aussitôt prises” pour le confiner. Une précaution importante, d’autant plus que l’homme politique avait programmé un rendez-vous avec Brigitte Macron avant son test. “Lui-même met entre parenthèses sa campagne puisqu’il était candidat aux municipales”, déclare Nathalie Schuck.

(...) Cliquez ici pour voir la suite