Christophe Dechavanne : son message touchant pour sa compagne médecin

Une à une, personnalité politiques et personnalités publiques implorent les Français de rester chez eux. En pleine crise du coronavirus, de nombreuses célébrités ont tenu à prendre la parole sur les réseaux sociaux pour remercier le personnel soignant et inviter leurs compatriotes à respecter leur travail en respectant le confinement. Jean-Jacques Goldman, Jean-Luc Reichmann et bien d’autres encore ont publié des messages sur la Toile pour encourager les abonnés à écouter les consignes données par le gouvernement et à reproduire les gestes barrières en cas de sortie exceptionnelle. Mardi 24 mars 2020, c’est l’animateur Christophe Dechavanne qui a publié une vidéo sur ses réseaux sociaux pour convaincre les habitants de l’Hexagone de ne pas pointer le bout de leur nez dehors. Il a ainsi partagé avec ses followers une vidéo où il se montre face caméra, chez lui.

"Mon amoureuse de médecin, elle se bat tous les jours"

“Cela fait des années que je vous propose de sortir couverts pour vous protéger”, commence Christophe Dechavanne en regardant l’objectif. “Eh bien aujourd’hui, même couverts, il ne faut pas sortir. Parce qu’à chaque fois que vous mettez le nez dehors, vous vous mettez gravement en danger et vous pouvez tuer quelqu’un, aussi. Et il n’y a pas que les petits vieux qui meurent. Alors ne sortez pas.” Le présentateur en a profité pour évoquer le quotidien de sa compagne, médecin, en ces temps de crise sanitaire du covid-19. “Mon amoureuse de médecin, elle se bat tous les jours à l’hôpital avec ses collègues pour essayer de garder les gens en vie, et moi, je ne sors pas”, affirme-t-il. “Je reste là.” Et de conclure : “Alors, vous pouvez les applaudir à 20 heures, c’est top, mais aidez-les plus encore : restez chez vous. Merci.” En guise de légende de cette publication, Christophe Dechavanne précise : “Bonjour à toussent [sic]… On va être plusieurs je pense à vous exhorter... il n’y a que le résultat qui compte... Merci de nous entendre.”

A lire aussi : Inquiet pour

(...) Cliquez ici pour voir la suite