Coronavirus : Clara Morgane partage le message alarmant de l’hôpital Necker

La France redoute un effet de panique. Et ce n’est pas le message de Clara Morgane qui va rassurer les troupes… Alors que la jolie blonde avait tenté de remonter le moral de ses fans avec un décolleté vertigineux, elle tient aujourd’hui à les protéger au maximum. C’est ainsi que, lundi 16 mars 2020, Clara Morgane a publié un message à destination de ses 667.000 abonnés sur Instagram. À première vue, rien de grave, il s’agit simplement d’une affiche concernant le coronavirus et les restrictions à prendre pour limiter les risques d’infection. “Travaillez, lisez des livres, regardez des films, jouez à des jeux vidéos, dessinez, réfléchissez, [...] faites de la gym, jouez avec vos enfants ou ne faites rien du tout mais… Restez à la maison. Ça n’a jamais été aussi facile de sauver des vies”, peut-on lire sur l’image en noir et blanc. Pourtant, c’est en réalité sur la légende du cliché que Clara Morgane a souhaité attirer l’attention.

“En l’absence de confinement, 30 millions de personnes seront atteintes” par le coronavirus en France

La productrice de cabaret a relayé les informations transmises par un médecin du service infectiologie de l’hôpital Necker, situé dans le 15e arrondissement de la capitale. “Voici un mail qu’il a reçu en interne de l’hôpital. On ne panique pas mais c’est très grave”, écrit Clara Morgane. “Les nouvelles données de modélisation sont très robustes et les projections sont parfaitement cohérentes et bien pires encore que nos scénarios pessimistes”, indique le directeur de l’établissement, Philippe Ravaud. Après avoir mentionné les obligations de télétravail et les restrictions concernant l’utilisation des transports publics, l’hôpital fait un constat alarmant : “L'hypothèse actuelle est qu’en l’absence de confinement, 30 millions de personnes seront atteintes en France avec un pic dans 50 jours.” Une solution radicale s’impose donc. “Seule une mobilisation citoyenne massive (avec au moins 50 % de l’ensemble de la population française en confinement

(...) Cliquez ici pour voir la suite