Coronavirus : les compagnies aériennes préviennent de l’augmentation des prix des billets

Margot Ruyter

Face à une possible obligation de laisser un siège entre chaque passager, l’association internationale du transport aérien (IATA) riposte.

Elles ne veulent pas voler dans ces conditions. Les compagnies aériennes ont annoncé qu’elles appliqueraient un surcoût en cas d’obligation de laisser un siège vide entre chaque passagers. « L’exigence de distanciation sociale à bord des aéronefs modifierait de façon fondamentale les paramètres économiques de l’aviation en fixant à 62 % le coefficient maximal d’occupation des sièges. Cela est bien inférieur au seuil de rentabilité de l’industrie qui se situe à 77 % », a indiqué l’Association internationale du transport aérien (IATA), dans un communiqué publié le 5 mai. « Avec moins de sièges offerts à la vente, les coûts unitaires augmenteraient grandement. Par rapport à 2019, les tarifs aériens devraient augmenter dramatiquement, de 43 % à 54 % selon la région, seulement pour couvrir les coûts », prévient-elle. Une mesure qui devrait refroidir les clients français, qui ne pourront a priori pas voyager en avion pour les vacances d'été. « Le déplacement à plusieurs milliers de kilomètres est exclu », a déclaré le secrétaire d’État au Transport, Jean-Baptiste Lemoyne, au micro de « France info », ce mercredi. 

La fin des vols low-cost ? 

En perte de vitesse en raison du confinement, l’IATA prévoit une hausse des coûts du billet de 49% pour les vols européens, 43% en Afrique et au Moyen-Orient, ou encore 54% pour la zone Asie-Pacifique, soit sa plus forte hausse tarifaire. Ce surcoût pourrait signer la fin des...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi