Coronavirus : je suis confiné, quelles règles dois-je respecter ?

L’épidémie du nouveau coronavirus continue de progresser. Désormais qualifié par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) de "pandémie", l’épidémie du Covid-19 a contaminé près de 118 000 personnes à travers le monde, dont 18 086 individus en Europe. Du côté de l’Hexagone, le virus touche dorénavant 2 281 personnes*. Pour l’heure, 48 décès sont recensés sur le sol français, selon les derniers chiffres officiels.

La France est actuellement au stade 2 qui correspond à l’existence de cas groupés sur le territoire. À ce stade, l’objectif est de limiter la propagation du virus et ainsi empêcher ou, tout du moins, retarder aussi longtemps que possible le passage au stade 3, qui correspond à la circulation active du virus dans le pays.

Coronavirus : les cas "confirmés", "possibles", "suspects" et "contacts" confinés

Les mesures prises par le gouvernement, pour limiter la propagation du nouveau coronavirus, consistent "à prendre en charge les patients dans le cadre d’un parcours de soins sécurisé avec l’identification et la surveillance des personnes contacts", précise le gouvernement sur son site d’information dédié au coronavirus.

Les autorités sanitaires demandent aux cas "confirmés" (les patients atteints du nouveau coronavirus), aux cas "possibles" (les personnes qui ont réalisé un test de dépistage et attendent les résultats), aux cas "suspects" (les personnes présentant des symptômes et revenant des zones à risque) et aux cas "contacts" (les individus qui ont été en contact étroit avec un cas avéré, c’est-à-dire restés dans un espace restreint avec la personne malade au-delà de 15 minutes ou étaient à un mètre de cette même personne) de rester confiner soit dans les hôpitaux ou chez eux, selon la gravité de la maladie, durant 14 jours (la période d’incubation du virus).

Les patients "contaminés" sont assignés à résidence durant la période d’incubation et peuvent bénéficier d’un arrêt de travail, délivré par l’Agence régionale de santé (ARS) de leur région. "Il convient de

(...) Cliquez ici pour voir la suite