Madonna, en plein délire, donne sa vision du coronavirus depuis son bain

Les stars n’ont pas échappé au confinement. Challenge de rouleaux de PQ, séances de sport en live sur les réseaux sociaux, cours de cuisine improvisés ou encore vidéos Tik Tok (le réseau social préféré des jeunes)... Chacune y va de son activité pour passer le temps au mieux tout en donnant de ses nouvelles à ses fans. Parmi elles, Madonna partage régulièrement son quotidien avec ses quelques quatorze millions d’abonnés sur Instagram. Après un concert privé dans sa salle de bain avec sa brosse à cheveux chantant : “Il est temps de manger du poisson frit, car il n’y a plus de pâtes”, elle publie une étrange vidéo le dimanche 22 mars 2020.

Nue dans sa baignoire entourée de pétales de fleurs et de bougies, elle évoque face caméra l’épidémie du coronavirus. “Ce qu’il y a avec le Covid-19, c’est qu’il se fout de savoir si vous êtes riche, si vous êtes célèbre, si vous êtes drôle, si vous êtes intelligent, où vous habitez, quel âge vous avez, si vous racontez des supers histoires…”, lance-t-elle sur un ton solennel. Avec en fond sonore une musique angoissante signée Brian Eno, comme précisé en légende, elle continue : “C’est un grand égaliseur. Ce qui est terrible avec le Covid-19 est ce qui est merveilleux en même temps”.

"Ce qui est merveilleux, c’est qu’il nous rend tous égaux"

Dans une ambiance anxiogène, elle tente une analyse de l'actualité mondiale : “Ce qui est terrible, c’est qu’il nous rend tous égaux. Et ce qui est merveilleux, c’est qu’il nous rend tous égaux. Comme j’ai l’habitude de dire à propos de l’humanité et de l’être humain, on est tous dans le même bateau. Et si le bateau coule, on coule tous ensemble”.

Une publication qui n’a pas manqué d'alerter ses fans. Inquiets, ils lui écrivent en commentaire de son post : “Madonna, c’est bizarre là”, “Madonna, je t’aime mais là…”. Un autre lui répond : “Désolé ma reine, je t’aime beaucoup, mais nous ne sommes pas égaux. On peut mourir de la même maladie, mais les pauvres souffrent plus. Ne romantisez rien de cette

(...) Cliquez ici pour voir la suite