Coronavirus : les conséquences de la crise sanitaire sur l’IVG

Amandine Seguin

Les mesures de confinement et la saturation des hôpitaux font craindre une fragilisation de l’accès à l’avortement.

La crise sanitaire impacte directement l’accès à l’IVG. Aux États-Unis, les États les plus conservateurs comme le Texas et L’Ohio ont mis les avortements sur la liste des opérations non-urgentesqui peuvent être retardées. Ce qui n’est pas du tout le cas en France, même si les associations signalent une situation déjà préoccupante et prévoient des difficultés grandissantes, dans les jours à venir. « Nous recevons énormément d’appels sur le numéro vert (0 800 08 11 11). Beaucoup de femmes viennent de découvrir leur grossesse et ont très peur de ne pas pouvoir avorter », explique Sarah Durocher, coprésidente nationale du Planning familial, à ELLE. Afin de les rassurer, les membres du mouvement font leur possible pour « actualiser rapidement les informations sur les structures qui restent ouvertes et leurs horaires. »

Comme vient de le rappeler Jérôme Salomon, Directeur général de la santé, l’accès à l’#IVG doit être assuré. @leplanning vous accompagne dans votre accès à ce droit au 0 800 08 11. https://t.co/mDN78nkZaw

— Le Planning Familial (@leplanning) March 20, 2020

C’est un enjeu important car la situation évolue rapidement. La saturation des hôpitaux et le manque de matériel perturbent le fonctionnement des lieux habituellement réservés à l’IVG. « Certains établissements hospitaliers et certains centres de planification n’assurent plus leurs missions dans ce domaine, soit pour prioriser les soins aux...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi