Coronavirus : le coup de gueule de Laurence Boccolini contre les "pilleurs"

C’en est trop pour Laurence Boccolini. Quelques semaines après les premiers cas de Coronavirus recensés en France, des centaines de supermarchés ont été dévalisés de leurs denrées non périssables, par crainte de pénurie. Une panique générale qui a poussé un grand nombre de français à se ruer sur les derniers paquets de pâtes, de gel hydroalcooliques ou encore sur le papier toilette. Jeudi 12 mars 2020, Laurence Boccolini a tiré la sonnette d’alarme sur son compte Instagram, déplorant le manque de civisme dont font preuve certains Français...

À l’aide d’une simple photo, la maman de la petite Willow a tenté de sensibiliser ses abonnés : "Voici Bob. Bob ne panique pas avec le coronavirus. Bob écoute les scientifiques plutôt que les médias sociaux. Bob n'est pas en train de dévaliser les magasins. Bob se lave tout le temps les mains car il connaît les bases d'une bonne hygiène. Sois comme Bob", peut-on lire, au-côté d'un simple bonhomme allumette. En légende, l’animatrice télé a poussé un dernier coup de gueule : "Voilà, sois comme Bob et arrête de piller les rouleaux de PQ à Franprix, c’est pas la guerre non plus" , avec les hashtags "civisme", "altruisme", "générosité" ou encore "entraide".

"Les gens se préparent à la fin du monde"

Dans les commentaires, plusieurs abonnés témoignent du même phénomène dans leurs supermarchés de proximité : "Les gens se préparent à la fin du monde", "Je crois que la psychose est partout en France. En Alsace on n'en trouve plus non plus", "Oh les rayons de pâtes sont quasiment vides aussi !", peut-on lire par dizaines. Mais pourquoi les français se ruent-ils sur de tels produits ? Comme l'explique Nitika Garg de l'Université de Nouvelle-Galles pour la BBC, il s'agit ici du syndrome FOMO, l'acronyme de "Fear of missing out" ou "la peur de manquer de quelque chose" en français. Ainsi, afin d'anticiper d'éventuelles pénuries de produits de première nécessité, les personnes les plus angoissées se précipitent dans les rayons de supermarchés, provoquant

(...) Cliquez ici pour voir la suite