Coronavirus : “Décret de confinement”, “couvre-feu”, “armée”, ces fake news qui circulent sur WhatsApp à propos de l'épidémie

C'est bien connu, chaque bouleversement qui a lieu dans notre pays engendre son lot de fake news. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que depuis que le virus covid-19 est arrivé sur le sol français, les spéculations vont bon train. Dimanche 15 mars 2020, au lendemain de l'annonce du Premier Ministre au sujet de la fermeture des lieux "non indispensables à la vie quotidienne", des informations transmises via l'application de messagerie WhatsApp ont afflué de toutes parts. Pour la plupart, il s'agit d'informations non confirmées par le gouvernement, quand ce ne sont pas de fausses nouvelles carrément licencieuses. Par exemple, dans l'un des messages reçu par nos confrères de France Inter, on apprend l'existence d'un “décret publié demain pour confinement total à compter de mardi”, “couvre-feu à 18h et barrages dans les quartiers”, et une possible “intervention de l'armée, militaires déployés”.

⋙ Coronavirus : la SPA redoute les abandons d'animaux

Ces affirmations ne sont absolument pas avérées. Si le gouvernement travaille effectivement sur des modalités de confinement total, aucun couvre-feu n'a été déclaré et nous n'avons aucune information concernant une intervention éventuelle de l'armée. La porte-parole du gouvernement Sidbeth Ndiaye, invitée lundi 16 mars 2020 dans la matinale de France Inter, a déclaré : "Cette histoire de décret était une fake news. (...) Je n'ai pas connaissance d'un déploiement de l'armée, mais il y a l'opération Sentinelle dans les rues depuis des années, qui sert aussi à nous protéger"

Si la plupart des messages proviennent de "sources" distinctes, ils contiennent en revanche "des passages rigoureusement identiques", affirment nos confrères comme la date du 15 avril qui revient sans cesse au sujet du confinement. Il s'agit en réalité de la date butoir indiquée pour les cinémas, restaurants, bars, centres commerciaux, discothèques et autres lieux accueillant du public.

D'autres messages sont envoyés sous forme de messages audio. Pour l'heure,

(...) Cliquez ici pour voir la suite