Coronavirus : faut-il avoir peur de payer avec ses pièces et billets ?

Pour tenter de freiner la propagation du nouveau coronavirus, les Français sont appelés à rester à leur domicile depuis mardi dernier. Seuls les commerces de "première nécessité" sont invités à rester ouverts, comme les supermarchés, boucheries ou encore fromageries. En pleine période de pandémie, commerçants et clients craignent d’être infectés par les pièces de monnaie et billets de banque. Doit-on vraiment éviter les paiements par espèces ?

Coronavirus : risque faible de contamination par les espèces

Pour le moment, aucune mesure spécifique n’a été prise en France concernant les paiements, contrairement aux États-Unis qui imposent une quarantaine aux coupures en provenance d’Asie ou d’Europe. Quant aux autorités chinoises, elles ont décidé de désinfecter l’ensemble de leurs billets de banques aux rayons intra-violets.

Mais d’après les différents organismes de santé français, rien ne sert de s’inquiéter. "Le risque d'être infecté par le Covid-19 en touchant des pièces de monnaie, billets de banque ou cartes de crédit, est très faible", affirme le ministère des Solidarités et de la Santé sur Twitter. Interrogée par Le Parisien, la Banque de France émet le même constat : "Comme pour la grippe saisonnière et comme sur toute autre surface, les gouttelettes respiratoires d'une personne infectée par un virus déposées sur un billet de banque pourraient survivre pendant une période limitée, mais pas significative pour être un vecteur majeur de transmission". D’après eux, smartphones, clés de voiture, poignées de porte, interrupteurs seraient des surfaces plus à risques que les pièces de monnaie et billets.

Durée de vie du virus sur les billets de banque

On le sait, le nouveau coronavirus peut survivre quelques heures, voire quelques jours sur certaines surfaces. Sa durée de vie suscite d’ailleurs beaucoup d’interrogations et fait l’objet de nombreuses recherches. D’après une étude, publiée fin février dans The Journal of Medical Infections, le virus pourrait persister jusqu’à

(...) Cliquez ici pour voir la suite